Billet d’humeur Lettre de l’ANDAC N°6 - Juillet 2000

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Nouvelle procédure de nomination des Directeurs et des Agents Comptables : des erreurs de casting qui tournent ... à l’aigre !

Et pas seulement en Allocations Familiales où le précédent directeur de la CNAF avait discrétionnairement décidé d’écarter les candidatures d’agents comptables aux postes de directeurs : raison de plus, quand on voit les résultats, pour que légitimement la moutarde nous monte au nez !

Ainsi, dans la branche "Maladie", les "adéquations" théoriques virent de plus en plus vers des "inadaptations opérationnelles", dont la cacophonie des UGECAM constitue une illustration flagrante : la valse des étiquettes qui y est observée n’est pas sans impact sur la gestion des établissements, leur personnel et leur patientèle.

Le trouble est à son comble lorsqu’on sait qu’en dépit des exigences multiples formulées, tant au titre de la liste d’aptitude que pour l’examen du dossier au Comité des Carrières, le candidat retenu, dans les trois noms, par l’organisme national et proposé par le Conseil d’Administration avant désignation définitive par le directeur dudit organisme national, (parcours comportant, désormais, l’intervention d’un consultant externe), peut être nommé, sans vergogne, directeur, alors même qu’il ne remplit aucune des spécifications de l’appel diffusé par l’UCANSS et, qui plus est, s’est trouvé récemment épinglé par l’IGAS pour des "manquements graves à la déontologie de la protection sociale". (sic !)

L’Etat, tellement décrié par ailleurs pour les excès de son interventionnisme (réels ou supposés), serait bien venu de mener des investigations approfondies à partir de ces quelques "contre-exemples" qui font craindre, avec d’autres, une dérive d’un système que nous souhaitions plus moral et équitable.

Sites favoris Tous les sites

38 sites référencés dans ce secteur