Interview de Directeurs qui exercent aujourd’hui la fonction d’Agent comptable Lettre de l’ANDAC N°2 - Octobre 1998

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Après ses collègues Agents comptables devenus récemment directeurs, Dominique Henon a interviewé à leur tour ses collègues ci-devant Directeurs exerçant actuellement en qualité d’Agent comptable

On observe fréquemment -et souvent pour critiquer- que certains agents de direction aspirant à une direction de plein exercice utilisent la fonction d’Agent comptable comme tremplin. Votre parcours recèle certainement des justifications rationnelles. Lesquelles ?

C. COUDERETTE - Directeur de l’URSSAF de Tarbes (3ème catégorie à l’époque), j’ai postulé aux fonctions d’Agent comptable de l’URSSAF de Toulouse (1ère catégorie) car je ne souhaitais pas transiter par un organisme de 2ème catégorie (ils sont, me semble-t-il, peu nombreux), avant de rejoindre une métropole régionale équipée des structures universitaires auxquelles mes enfants allaient bientôt aspirer.

Ne pouvant prétendre à des fonctions de Directeur, j’ai choisi celles d’Agent comptable, mieux définies que celles de Directeur-adjoint ou Sous-directeur.

J.F. CONRAUX - N’ayant jamais considéré que la fonction de Directeur, a fortiori d’une caisse de catégorie D, constituait l’aboutissement de ma carrière, je n’ai aucune raison de me "cramponner" à cette fonction.

Sans doute, un tel poste peut-il "flatter l’ego", mais j’ai dépassé ce stade depuis quelque temps.

Cependant, les fonctions d’Agent comptable m’ont toujours paru suffisamment riches et variées pour justifier mon parcours professionnel...d’autant que dans le cas d’espèce, je souhaitais fortement revenir sur Nancy.

J.J. GUIGNARD - Rappelons une évidence de l’Institution : avant d’être Directeur, on doit avoir occupé une autre fonction de direction. Cela me paraît d’ailleurs hautement souhaitable. Pour ma part, ce choix a été guidé par le souhait d’enrichir mon expérience professionnelle par un déroulement de carrière dans un poste au sein d’une caisse importante et innovante et également par des raisons familiales (études, enfants).

E. ARREDI - La démarche consistant à accéder à une fonction d’Agent comptable après avoir été Directeur est perçue comme atypique. J’ai envie de renverser la remarque en disant que l’atypisme, c’est plutôt de se poser la question...Mais je considère que c’est dans notre culture.

En effet, je pars du principe que lorsqu’on est passé par notre belle école qu’est le CNESSS, on doit être à même d’exercer toutes les fonctions d’Agent de direction, quelles qu’elles soient. La différence - car il y en a une, ouf ! - porte sur deux critères :

- les aptitudes "naturelles" plus ou moins prononcées pour telle ou telle fonction,

- le goût personnel pour un type d’activité plutôt que pour une autre.

Ainsi, je gomme l’atypisme et j’y tiens, car depuis longtemps - bien avant que je devienne Agent comptable - je lutte contre des relations Directeur / Agent comptable qui seraient comprises comme étant pathologiques. Aux Directeurs et aux Agents comptables leurs responsabilités respectives, certes, mais en 50 ans d’histoire, on a trop focalisé sur la séparation des pouvoirs, le terme de séparation prenant le pas sur celui de responsabilité. Heureusement, le concept de contrôle interne vient moderniser les relations Directeur / Agent comptable.

Au-delà de ce qui précède, tout est affaire d’opportunité dans laquelle entrent les critères de promotion, géographique, de mode de perception et de fonctionnement de l’équipe de direction.

Je dois dire que, dès le Cours de Cadres UCANSS, je m’étais préparé à "jouer sur les deux tableaux" en choisissant l’option "agent de contrôle des employeurs" (on dit aujourd’hui inspecteur du recouvrement), ce qui n’interdisait pas, pour l’avenir, de briguer un poste de cadre administratif.

Avec le CNESSS, j’ai eu la même démarche (l’option comptable n’était qu’une option, en ce temps là), mon objectif étant de me préparer à exercer des activités et fonctions de nature différente.

Je l’ai d’ailleurs prouvé, ayant été successivement : agent de contrôle des employeurs en URSSAF, Fondé de Pouvoir de l’Agent comptable en CPAM, Agent comptable d’URSSAF, Directeur de CPAM, Agent comptable de CPAM (et d’URCAM).

Aussi, je suis particulièrement déçu d’observer que le nombre de candidats aux emplois d’Agent comptable soit si faible. cela me paraît, d’ailleurs, plutôt grave tant pour le présent que pour l’avenir.

Votre option de carrière actuelle représente-t-elle une simple étape dans votre trajectoire professionnelle et pensez-vous qu’elle constituera un enrichissement technique pour l’avenir ?

C. COUDERETTE - Je n’attends pas d’enrichissement professionnel de ce choix, dans la mesure où j’avais déjà été Agent comptable précédemment.

J.F. CONRAUX - Si un poste de Directeur se présentait dans un futur proche, je postulerais probablement, mais pas dans n’importe quelles conditions.

De toutes façons, tous les postes (et celui d’Agent comptable ne fait pas exception) m’ont toujours apporté énormément dans ma carrière.

J.J. GUIGNARD - Incontestablement, un changement de poste apporte un enrichissement. celui-ci n’est pas que technique.

On sous-estime souvent la dose de diplomatie et les qualités de communication que doit avoir un Agent comptable pour faire passer, à l’intérieur d’une caisse, son point de vue.

E. ARREDI - Je serai bref. Je n’ai jamais eu de plan de carrière et je fonctionne selon les opportunités. Par conséquent, je n’ai pas de réponse à apporter.

Depuis votre installation comme Agent comptable, la fonction répond-elle à ce que vous en attendiez et pourriez-vous en préciser les forces et les faiblesses ?

J.F. CONRAUX - Cela dit, un emploi ne vaut souvent que par ce que l’on en fait.

J.J. GUIGNARD - J’avais une idée précise de la fonction pour l’avoir déjà exercée.

E. ARREDI - Quant à la fonction d’Agent comptable proprement dite, elle répond à ce que j’en attendais, car je la connaissais.

Votre expérience antérieure de Directeur favorise-t-elle aujourd’hui votre relation avec le directeur de votre organisme ?

C. COUDERETTE - Oui, je pense que mon expérience de Directeur facilite notre compréhension mutuelle et qu’elle a été utile à mon Directeur lors de sa prise de fonctions simultanée à la mienne (il n’avait pas lui-même d’expérience de Directeur).

J.F. CONRAUX - Sans doute, le fait d’avoir connu les deux fonctions favorisent-elles les relations entre les "2 têtes de l’exécutif" que sont le Directeur et l’Agent comptable.

Pour ce qui me concerne, j’ai aussi la chance de travailler avec un Directeur qui a été lui-même Agent comptable. C’est sans doute plus facile.... encore que parfois, certains oublient ce qu’ils ont été.

J.J. GUIGNARD - Mon expérience de la fonction me permet en effet d’éviter beaucoup d’incompréhension. Elle rend parfois aussi plus exigeant vis-à-vis de son Directeur.

E. ARREDI - Les principales forces ? C’est d’abord, au niveau du fonctionnement de la Caisse, un regard sur l’ensemble des activités, assorti du recul et donc de la sérénité qui caractérisent la fonction d’Agent comptable (car, sur cet aspect, il n’est pas en première ligne), ce qui favorise un rôle de conseiller avisé auprès du Directeur.

Ensuite, pour ce qui concerne sa fonction proprement dite, l’Agent comptable est le référent dans ses domaines réglementaires (notion d’expertise), ce qui en fait un acteur incontournable, d’où l’importance de l’équipe (réelle et non virtuelle).

Point de vue renforcé par le contrôle interne. pour moi, l’Agent comptable est à un poste clé (à tous points de vue) de la direction de l’organisme, car à la fois autonome et complément du Directeur.

Quant aux faiblesses, je dirai qu’elles résident dans une image un peu désuète de la fonction, une culture séparatiste des personnels, une complexité contre-productive des techniques mises en oeuvre, une certaine fragilité quant à la crédibilité, au niveau du grand public, des résultats autres que comptables purs, due à une trop grande richesse des outils informatiques employés.

Par ailleurs, il est certain que mon expérience de Directeur favorise ma relation avec le Directeur de la Caisse, il n’attend pas de moi que je sois un "simple" comptable. D’où le rôle de conseiller avisé évoqué plus haut.

Comment envisagez-vous le devenir et la modernisation de la fonction d’Agent comptable ?

C. COUDERETTE - Je pense que l’avenir de la fonction d’Agent comptable réside dans le développement de son rôle d’agent de direction et que la mise en oeuvre du contrôle interne tendra à réduire les spécificités de son statut, ce qui n’ira pas sans soulever des résistances partiellement légitimes.

J.F. CONRAUX - La fonction d’Agent comptable est en totale mutation, il reste bien évidemment que les missions traditionnelles demeurent, mais les Agents comptables doivent comprendre qu’étant au carrefour de la presque totalité des données qui transitent par les caisses, notamment dans la branche Maladie, c’est à eux de se positionner et de définir leur fonction.

Nous disposons d’une colossale richesse de chiffres, de données statistiques dont nous n’exploitons qu’une infime partie. Mais encore faut-il pouvoir (savoir ?) dépasser les comportements tribaux (Comptabilité / GDR / Service Médical / Contrôle de Gestion, etc.)

J.J. GUIGNARD - Tant que nous resterons dans le système actuel, c’est-à-dire sans mise en concurrence des organismes, il me semble qu’il y aura toujours séparation des ordonnateurs et des comptables.

Par contre, les réformes entreprises sur la gestion des organismes, au travers des contrats de gestion et du contrôle interne, conduisent à des systèmes proches de "l’assurance qualité" et les principes de gestion qui l’accompagnent.

La modernisation de la fonction d’Agent comptable passe par son intégration à cette évolution. Sur ce point, le projet d’instruction "Contrôle interne" soumis au Ministère montre la voie.

D’autre part, la fusion entre comptabilité et système d’information conduit à l’évidence les Agents comptables à prendre plus de responsabilités en ce domaine.

E. ARREDI - La modernisation de la fonction d’Agent comptable passe par le développement de tous les aspects développés dans cette note, afin que l’Agent comptable soit un véritable dirigeant de l’organisme aux côtés du directeur d’équipe forte pour des Caisses performantes.

Quant à l’avenir, il dépend en partie de l’attitude des candidats potentiels aux postes d’Agent comptable (diplômés du CNESSS et titulaires du CESCAF). Si la désaffection se poursuit, il est certain que d’autres solutions surviendront.

Or, il serait dommageable de se passer des savoirs et savoir-faire des cadres supérieurs de l’Institution pour donner cette dimension de dirigeant, professionnel, efficace et incontournable à la fonction d’Agent comptable.

Votre connaissance de la fonction d’Agent comptable est-elle de nature à modifier la vision que vous en aviez ?

J.F. CONRAUX - Non, mais j’avais déjà occupé un poste d’Agent comptable avant celui de Directeur. C’est donc presque un retour aux sources.

J.J. GUIGNARD - Oui, sur un point. Je sous-estimais la charge d’innovation qu’ont à assumer les Agents comptables depuis quelques années.

E. ARREDI - Enfin, ma vision du rôle d’Agent comptable a évolué par rapport à ma première expérience (Agent comptable en URSSAF), du fait :

- de l’exercice de la fonction de Directeur pendant 3 ans,

- de l’avènement du contrôle interne,

- de mon enrichissement personnel, acquis au long de ma (déjà longue) carrière.

Et, pour être tout à fait sincère et avec le recul de deux ans, je pense que lorsque j’exerçais la fonction de Directeur, le réflexe Agent comptable n’était pas très loin. En tous cas, les préoccupations de mes Agents comptables respectifs m’étaient particulièrement familières.

En conclusion, l’atypisme ne découle que de la statistique, et toute expérience est porteuse d’enrichissement professionnel dans l’intérêt de nos organismes.

Sites favoris Tous les sites

38 sites référencés dans ce secteur