L’Euro Lettre de l’ANDAC N°0 - Décembre 1997

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Terminées les interrogations, le passage à l’Euro devient une réalité à laquelle il y a lieu de se préparer dès maintenant.

Le Vade-mecum à l’usage des gestionnaires des organismes sociaux - élaboré par le groupe de travail permanent Euro du Ministère du Travail et des Affaires Sociales (présidé par Monsieur Georges Dorion, Inspecteur Général des Affaires Sociales) - doit constituer notre référence.

Le contenu des phases de transition, cible ou d’ajustement, ne doit plus avoir de secret pour nous, pas plus que les modalités de conversion ou les convertisseurs.

Il n’est pas trop tôt, ni trop tard (mais il ne faut pas perdre de temps) pour analyser avec nos collègues, dans chacun de nos organismes, les impacts du passage à l’Euro et planifier les travaux à réaliser. A charge pour nous de les réajuster au fur et à mesure des publications ou décisions nouvelles, y compris celles de nos Caisses Nationales et des groupes de travail auxquels participent nos collègues.

Certes, l’articulation des convertisseurs sur les applications nationales impactées par le passage à la monnaie unique, relève de la compétence des Caisses Nationales. Pour autant, au plan local, les organismes ne sont pas complètement exonérés de toute réflexion et de tout investissement.

A chacun de trouver la structure adéquate, mais la participation de tous les acteurs de l’organisme est indispensable.

Le monde de la protection sociale n’a pas à rougir du travail fourni jusque là par rapport à la plupart des autres acteurs économiques, alors ne perdons pas le temps gagné. Ne perdons pas notre temps à rechercher des différences d’approche selon les branches, une attitude plus volontariste ici, une attitude plus attentiste là. Ces différentes approches ne seraient-elles pas que le reflet du positionnement de chacun par rapport à son environnement (émetteur de prestations pour les CAF et les CRAM, encaisseur de cotisations pour les URSSAF, récepteur de flux en provenance de tiers pour les CPAM) ?

Le monde de la protection sociale, qui doit nécessairement avancer de manière cohérente, doit être l’acteur de la formation de ses agents et de ses partenaires et le temps qui lui sera laissé pour s’adapter dépendra de la réaction de son environnement à s’adapter lui-même au passage à l’Euro.

Du travail que nous réalisons aujourd’hui dépendra notre réussite de demain.

Soyons acteurs, parmi les autres acteurs.

Sites favoris Tous les sites

38 sites référencés dans ce secteur