Le plan stratégique de l’Assurance Maladie : un enjeu majeur pour les agents comptables, parce qu’il engage l’avenir de la Sécurité sociale tout entière Lettre de l’ANDAC N°4 - Juin 1999

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

On connaît la volonté affirmée du Directeur de la CNAMTS de transformer l’Assurance Maladie "de payeur aveugle en acheteur avisé de soins" et qui repose sur l’adaptation de la logique traditionnelle à l’ouverture incontournable du marché de la santé.

Dira-t-on avec Pierre-Yves POINDRON (Espace Social Européen) et quelques autres thuriféraires que Gilles JOHANET, homme providentiel, est l’auteur du "Plan de la dernière chance" ? Lui ou le déluge ? Déluge d’éloges, en tout cas pour certains critiques et résistances pour d’autres. Alors ?

Reconnaissons qu’à l’évidence, Gilles JOHANET dispose d’un capital personnel composé de deux atouts indiscutables :

- une connaissance théorique et expérimentale de l’économie de la santé et de l’Assurance Maladie, qui a été exposée largement dans un ouvrage récent intitulé "LA SECURITE SOCIALE : L’ECHEC ET LE DEFI" et dont le "Plan stratégique de l’Assurance Maladie" constitue en quelque sorte une traduction concrète. L’ouvrage et le plan procèdent d’une analyse systémique du monde et des enjeux de la santé qui repose sur une croyance forte : l’affaiblissement (notamment du fait de l’Europe) et l’évolution inéluctable du monopole de la Sécurité Sociale vers "un système de complémentarités", rempart à la concurrence sauvage, dans lequel l’Assurance maladie devrait démontrer sa capacité à assurer le leadership.

C’est donc un système d’association entre AMO [1] "performante" et AMC [2] qui se profile dans le Plan Stratégique que s’est approprié le Conseil d’Administration de la CNAMTS en y adjoignant un protocole d’accord avec la FNMF et la FFSA.

- une clairvoyance réelle portée par une conviction forte, bien nécessaire pour promouvoir quelques propositions novatrices concernant l’introduction de critères de choix (habilement qualifiée de "sélectivité rationnelle") qui s’appliquerait tant aux professionnels de santé (sélection des professionnels de santé, partenaires de l’Assurance Maladie et exercice de la certification par un organisme tiers) qu’aux assurés (détermination par l’Etat (?) des biens et services médicaux remboursables correspondant au "panier de soins" pris en charge et revitalisation du carnet de santé érigé en instrument de confiance).

Aussi le ton se veut-il volontaire et persuasif pour convaincre le milieu politique et acclimater, ce faisant, les pouvoirs publics et "le réseau" à un programme amendable (pour quelques jours encore) tandis que l’auteur du "Plan" apparaît pugnace et appremment "droit dans ses bottes" selon une expression qui rappelle bien des similitudes avec une certaine situation récente, mais aussi de sombres présages.

C’est vrai que bien des obstacles jonchent le parcours et, parmi eux, les pesanteurs internes ne sont pas les moindres. Evoquons seulement l’état d’enlisement dans lequel se débattent les CPAM, au quotidien, confrontées qu’elles sont avec un solde parfois conséquent et la prise en charge d’évolutions applicatives et organisationnelles chaotiques dans un climat de passivité relative provoqué à l’origine par les génituers de SESAM-VITALE, alors porteurs d’un discours destructeur pour l’emploi.

Aussi, le futur "Projet de Branche 2000 - 2002" en cours d’élaboration (et en cela, la référence à une analyse de Michel BAUER, qui rejette dans le passé les problèmes de production, fait craindre le pire) devra rapprocher le discours volontariste et ambitieux d’un organisme national toujours prompt à théoriser, avec une réalité largement retorse. Les bons auteurs en techniques de management n’ont-ils pas montré le chemin en élaborant la théorie du "triangle du management" qui associe certes le discours et la conviction qui doit porter ce discours, mais également "le geste" qui apparaît comme la concrétisation, la matérialisation des ambitions proclamées ?

C’est pourquoi, quand la voie sera tracée dans la prochaine Loi de Financement de la Sécurité Sociale, les agents comptables que nous sommes saurons nous engager d’autant mieux que le "Projet de Branche" nous paraîtra réaliste, au terme d’une véritable étude de faisabilité, ainsi que par la fixation d’échéances vraisemblables.

[1(Assurance Maladie Obligatoire)

[2(Assurance Maladie Complémentaire)

Sites favoris Tous les sites

19 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves