Reconfiguration ?

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Les Agents Comptables de « l’Assurance Maladie » ont été rassemblés en congrès annuel à TOULON à la mi-septembre pour une réflexion sur un thème unique : la reconfiguration fonctionnelle du réseau.

Foin - des problèmes techniques considérés vraisemblablement comme insignifiants face à des préoccupations plus politiques certainement plus nobles que les tracas quotidiens des agents comptables « d’en bas ».
Néanmoins, à défaut de choix, tous les collègues -parce qu’ils étaient invités, de manière très dirigée, à émettre des propositions complémentaires sur un dossier qu’ils savaient pourtant déjà bouclé (notamment parce que les Conseils d’Administration en avaient préalablement été saisis)- ont répondu "présent" comme d’habitude en faisant preuve d’un professionnalisme incontesté.
Au fond, il est vrai que dans cette affaire de « reconfiguration » il n’était pas indécent que les Agents Comptables, comme les deux autres acteurs institutionnels(administrateurs et directeurs) soient sollicités. D’autant plus que le terme utilisé par la CNAMTS caractérise à la fois la forme et le fond de sa démarche dans la mesure où dans « reconfiguration », on discerne surtout le substantif « figuration ».

Car c’est bien à de la « figuration » que sont à tour de rôle conviés les uns et les autres, que l’on enferme dans un carcan strictement fonctionnel », alors, que le véritable enjeu reste avant tout structurel : les contours et moins encore la pérennité des CRAM, CPAM, URCAM, et autres UGECAM n’étaient surtout pas à l’ordre du jour.

Il est vrai que la fragmentation et la segmentation des missions et des activités desdits organismes qui sous-tendent la modélisation nationale en cours, notamment dans les CPAM, devraient permettre à terme d’accommoder différemment les "briques" ainsi constituées.

En revanche, sur le terrain structurel la CNAMTS s’emploie, aussi activement que discrètement, à reconfigurer à toute occasion la physionomie du réseau dans un sens univoque de compression des postes comptables, annonciateur de la réduction des structures infra-départementales.

Les initiatives illustrant mon propos ne font que croître chaque jour à travers des rapprochements orchestrés : dans un premier temps, ils concernent des fusions de postes comptables (NANCY/LONGWY et BREST/QUIMPER) dans un second temps, des mouvements probables d’agents comptables susceptibles de provoquer des « OPA » (ROUEN sur le HAVRE, DIEPPE Ou ELBEUF ?) etc.
Les déplacements de directeurs en cours seront-ils également considérés par les autorités de la CNAMTS comme des opportunités pour amplifier la restructuration rampante initiée avec les agents comptables ?
Assistera-t-on à un jeu de chaises musicales à l’occasion de l’aspiration par la CNAMTS des deux directeurs chargés de l’évaluation de leurs confrères et, partant, à quelque mariage (d’amour ?) entre SAINT-NAZAIRE et NANTES d’une part, BÉZIERS et MONTPELLIER d’autre part ?
Verra-t-on dans le même esprit BAYONNE « se pacser » à PAU, à la suite de la nomination du (de la) directeur (trice) de la CPAM de BORDEAUX ?
Et combien d’autres manœuvres de même nature à l’occasion des départs massifs à venir des "baby boomers" avec si besoin la complicité de quelques collègues qu’anime la seule perspective de leur intérêt immédiat sans considération de l’intérêt général.
Ceci nous ramène à notre moderne et sordide western où la conquête de l’Ouest menée par un directeur phobique et frappé d’hirsutisme à la vue de tout agent comptable s’est transformée en massacre à la tronçonneuse : le poste d’agent comptable coupé en deux entre le nord et le sud du département contre la création de deux postes de sous-directeur à titre de récompense "GRACIEUSE" ...

Sites favoris Tous les sites

19 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves