Trésorerie du RG : décret du 24 février 1995

samedi 24 février 1996
popularité : 6%

NOR : SPSS9500324D

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre d’Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, du ministre de l’économie et du ministre du budget, Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 225-1 et L. 255-1 ;

Vu l’ordonnance no 59-2 du 2 janvier 1959 portant loi organique relative aux lois de finances ;

Vu l’avis du comité interministériel de coordination en matière de sécurité sociale en date du 4 novembre 1994 ;

Vu l’avis du conseil d’administration de la Caisse nationale des allocations familiales en date du 6 décembre 1994, du conseil d’administration de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale en date du 25 novembre 1994, de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés en date du 20 décembre 1994 et de la Caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs salariés en date du 5 janvier 1995 ;

Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,

Décrète :

Art. 1er. - Le chapitre 5, intitulé Trésorerie, du titre V du livre II du code de la sécurité sociale comprend les articles R. 255-1 à R. 255-8, ainsi rédigés :

<< Art. R. 255-1. - L’état prévisionnel de trésorerie de chacune des branches du régime général est établi chaque année pour l’année suivante selon les modalités définies au présent article .

<< En matière de dépenses, cet état est établi pour chacune des branches sur la base des prévisions de chaque caisse nationale pour l’année suivante. Ces prévisions sont approuvées par le conseil d’administration de la caisse nationale gérant la branche considérée. Elles doivent être communiquées à l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale avant le 31 octobre de chaque année.

<< Au vu de ces prévisions, ainsi que des prévisions de recettes, l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale établit avant le 30 novembre l’état prévisionnel quotidien de la trésorerie de chaque branche du régime général pour l’année suivante. Elle transmet ces états aux caisses nationales avant le 5 décembre.

<< Ces états prévisionnels tiennent compte des effets en trésorerie de l’ensemble des mesures législatives et réglementaires en vigueur à la date de leur transmission aux caisses ainsi que du montant des crédits inscrits dans le projet de loi de finances pour l’année suivante. Les prévisions de dépenses et de recettes mentionnées aux alinéas précédents sont fondées sur les hypothèses économiques retenues dans le rapport économique et financier annexé, en vertu de l’ordonnance organique no 59-2 du 2 janvier 1959, au projet de loi de finances initiale et dans le dernier rapport de la commission des comptes de la sécurité sociale.

<< Art. R. 255-2. - Au vu de l’état prévisionnel de la trésorerie défini à l’article précédent, le conseil d’administration de chaque caisse nationale décide, avant le 31 décembre de chaque année, pour chacune des branches qu’il gère, du placement des excédents durables prévisionnels de trésorerie. Il fixe à cet effet, dans les conditions prévues à l’article R. 255-3, le montant des sommes placées et la période pendant laquelle aura lieu ce placement.

<< Le montant des excédents durables est celui du plus petit solde prévisionnel quotidien de trésorerie constaté dans le cadre de l’exercice annuel, à condition que ce solde soit positif.

<< Art. R. 255-3. - Le placement des excédents durables de trésorerie est effectué par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale qui reçoit, à cet effet, mandat des conseils d’administration des caisses nationales.

<< Les conseils d’administration exercent une option entre :

<< a) Soit le maintien de ces excédents dans la trésorerie gérée pour le compte de l’ensemble des branches par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale ; ils sont alors rémunérés dans les conditions fixées à l’article R. 255-6 ;

<< b) Soit leur placement conformément aux dispositions de l’article R. 255-5. Le montant des sommes ainsi placées ne peut être inférieur à 300 000 000 F. << L’Agence centrale des organismes de sécurité sociale décide de la nature de ces placements dans le respect de la décision prise par le conseil d’administration de la caisse en application de l’article R. 255-2.

<< Art. R. 255-4. - Si, à une date donnée, la prévision actualisée du solde de trésorerie établie par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale pour le dixième jour ouvré suivant est inférieure au montant des excédents durables placés, le montant des placements mentionnés à l’article précédent est réduit à due concurrence par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale.

<< Le nouveau solde quotidien minimum de trésorerie constaté comptablement se substitue alors jusqu’à la fin de l’année civile au solde minimum tel que prévu à l’article R. 255-2.

<< Les conseils d’administration des caisses nationales sont informés sans délai par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale de cette modification et de ses motifs.

<< Art. R. 255-5. - Les excédents durables de chacune des branches du régime général font l’objet de placements en valeurs d’Etat, en valeurs garanties par l’Etat ou en valeurs mobilisables dans des conditions déterminées par un arrêté conjoint du ministre chargé de la sécurité sociale, du ministre chargé du budget et du ministre chargé de l’économie.

<< Les autres disponibilités font l’objet de placements par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale dans les conditions définies par le même arrêté.

<< L’agence effectue ces placements par l’intermédiaire de la Caisse des dépôts et consignations qui est en outre chargée de la gestion des valeurs.

<< Art. R. 255-6. - Le solde comptable de la trésorerie de chacune des branches gérées par les caisses nationales est établi quotidiennement par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale et communiqué chaque jour à la caisse nationale concernée.

<< Les soldes comptables journaliers positifs portent intérêt au taux moyen consenti à l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale dans le cadre de ses conventions de placement pour la journée considérée. << Les soldes comptables négatifs produisent des intérêts débiteurs au taux moyen consenti à l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale dans le cadre de ses conventions d’avances.

<< Art. R. 255-7. - La différence entre la somme des intérêts créditeurs et débiteurs mentionnés à l’article R. 255-6 et la somme des intérêts issus de la gestion de la trésorerie des branches telle que définie au premier alinéa de l’article L. 225-1 est portée dans les écritures de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale. Ce solde vient en correction pour le calcul des contributions des caisses nationales prévues à l’article R. 251-33.

<IMG//> >

Art. 2. - Les articles R. 256-3 et R. 256-5 du code de la sécurité sociale sont abrogés.

Art. 3. - A l’article R. 256-6 du code de la sécurité sociale, les mots :

<< entre les trois caisses nationales >>

sont remplacés par les mots :

<< entre les quatre branches gérées par les caisses nationales >>.

Art. 4. - Les dispositions du présent décret prennent effet au 1er janvier 1995. Pour l’exercice 1995, la transmission par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale aux caisses nationales des états prévisionnels de trésorerie a lieu au plus tard le 28 février 1995.

Art. 5. - Le ministre d’Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, le ministre de l’économie et le ministre du budget sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 24 février 1995.

EDOUARD BALLADUR Par le Premier ministre :

Le ministre d’Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville, SIMONE VEIL

Le ministre de l’économie, EDMOND ALPHANDERY

Le ministre du budget, NICOLAS SARKOZY


Navigation

Articles de la rubrique

  • Trésorerie du RG : décret du 24 février 1995