DECOMPOSITION

Lettre de l’ANDAC N°9 - Décembre 2002
dimanche 15 septembre 2002
popularité : 8%

Les Agents Comptables de "l’Assurance Maladie" ont été rassemblés en congrès annuel à TOULON à la mi-septembre pour une réflexion sur un thème unique : la reconfiguration fonctionnelle du réseau. Foin des problèmes techniques considérés vraisemblablement comme insignifiants face à des préoccupations plus politiques certainement plus nobles que les tracas quotidiens des agents comptables "d’en bas".

Néanmoins, à défaut de choix, tous les collègues, parce qu’ils étaient invités, de manière très dirigée, à émettre des propositions complémentaires sur un dossier qu’il savaient pourtant déjà bouclé (notamment parce que les Conseils d’Administration en avaient préalablement été saisis) ont répondu comme d’habitude en faisant preuve d’un professionnalisme incontesté.

Au fond, il est vrai que dans cette affaire de "reconfiguration", il n’était pas indécent que les Agents Comptables, comme les deux autres acteurs institutionnels (administrateurs et directeurs) soient sollicités. D’autant plus que le terme utilisé par la CNAMTS caractérise à la fois la forme et le fond de sa démarche, dans la mesure où dans "reconfiguration", on discerne surtout le sustantif "figuration".

Car c’est bien à de la "figuration" que sont à tour de rôle conviés les uns et les autres, que l’on enferme dans un carcan strictement "fonctionnel", alors que le véritable enjeu reste avant tout structurel : les contours et moins encore la pérennité des CRAM, CPAM, URCAM, et autres UGECAM n’étaient surtout pas à l’ordre du jour.

Il est vrai que la fragmentation et la segmentation des missions et des activités desdits organismes qui sous-tendent la modélisation nationale en cours, notamment dans les CPAM, devraient permettre à terme d’accommoder différemment les "briques" ainsi constituées.

En revanche, sur le terrain structurel, la CNAMTS s’emploie, aussi activement que discrètement, à reconfigurer à toute occasion la physionomie du réseau dans un sens univoque de compression des postes comptables, annonciateur de la réduction des structures infra-départementales.

Les iniatives illustrant mon propos ne font que croître chaque jour à travers des rapprochements orchestrés : dans un premier temps, ils concernent des fusions de postes comptables (NANCY / LONGWY et BREST / QUIMPER), dans un second temps, des mouvements probables d’agents comptables susceptibles de provoquer des "OPA" (ROUEN sur Le HAVRE, DIEPPE ou ELBEUF ?) etc.

Les déplacements de directeurs en cours seront-ils également considérés par les autorités de la CNAMTS comme des opportunités pour amplifier la restructuration rampante initiée avec les agents comptables ?

Assistera-t-on à un jeu de chaises musicales à l’occasion de l’aspiration par la CNAMTS des deux directeurs chargés de l’évaluation de leurs confrères et, partant, à quelque mariage (d’amour ?) entre SAINT NAZAIRE et NANTES d’une part, BEZIERS et MONTPELLIER d’autre part ?

Verra-t-on dans le même esprit BAYONNE "se pacser" à PAU, à la suite de la nomination du (de la) directeur (trice) de la CPAM de BORDEAUX ?

Et combien d’autres manoeuvres de même nature à l’occasion des départs massifs à venir des "baby-boomers" avec si besoin la complicité de quelques collègues qu’anime la seule perspective de leur intérêt immédiat, sans considération de l’intérêt général.

Ceci nous ramène à notre sordide et moderne western où la conquête de l’Ouest menée par un directeur phobique et frappé d’hirsutisme à la vue de tout agent comptable s’est transformée en massacre à la tronçonneuse : le poste d’agent comptable coupé en deux entre le nord et le sud du département contre la création de deux postes de sous-directeur à titre de récompense "GRACIEUSE" ...CYNIQUE !


PARANOIAQUES LES AGENTS COMPTABLES ?

PEUT-ETRE....

MACHIAVELIQUES, SANS DOUTE.