Lettre au Président du Comité des Carrières relative à la politique du Comité des carrières et la GPEC des cadres dirigeants

Lettre de juillet 2003, parue dans La Lettre de l’ANDAC N°10 - Octobre 2003
vendredi 25 juillet 2003
popularité : 5%

Monsieur le Président du Comité des carrières
UCANSS
Boite 45
33, avenue du Maine
75755 PARIS CEDEX 15

Paris, juillet 2003

OBJET : COMITE DES CARRIERES.

Monsieur le Président,

Par arrêté de la ministre de l’Emploi et de la Solidarité en date du 16 mars 2001, vous avez été nommé Président du Comité des Carrières des Agents de Direction, des Organismes Régionaux et Locaux du Régime Général de la Sécurité Sociale.

C’est à ce titre que le Conseil d’Administration de l’ANDAC, lors de sa séance du 10 juillet dernier, a souhaité vous saisir, par la présente, des préoccupations que partagent de nombreux agents comptables sur les conditions de nomination aux postes de cadres dirigeants et sur leurs perspectives de carrière telles que les unes et les autres se présentent à leur regard.

Abstraction faite de toute considération touchant aux personnes, les propos qui leur sont tenus par des acteurs éminents des instances nationales de pilotage ou de contrôle du régime général apparaissent en effet souvent contradictoires : pour les uns, la fonction d’agent comptable s’inscrira naturellement dans un parcours professionnel ouvert à l’exercice d’autres fonctions, notamment celle de directeur.

Pour d’autres responsables de haut niveau, elle conforte au contraire une trajectoire exclusive de toute fonction ultérieure d’ordonnateur.

Une telle analyse a pu être étayée par l’exigence, depuis avril 2000, d’une présentation de « réalisations probantes » au soutien d’une candidature à un poste de directeur.

Enfin, elle n’est guère démentie par les choix des directeurs de Caisses Nationales pour l’établissement de la liste « des trois noms », lorsque des agents comptables ont été pourtant légitimement reconnus en adéquation.
La diversité d’opinions des décideurs nationaux, les contrariétés qu’elles soulèvent et, finalement, l’accès difficile des agents comptables à la liste « des trois noms » n’apparaissent pas de nature à encourager les candidatures, déjà peu nombreuses, sur les postes d’agent comptable.
Ceci particulièrement auprès des collègues dont le projet professionnel se voudrait ouvert, dans la durée, à la diversité des fonctions dirigeantes d’une caisse du régime général.

L’ANDAC s’accorde à reconnaître la place éminente du Comité des Carrières dans la procédure de désignation des directeurs et agents comptables. Position dès à présent confortée par la croissance attendue des vacances de postes aux emplois de direction et alors que nos Conseils d’Administration locaux et régionaux subissent -depuis le départ des instances patronales- une indéniable perte de légitimité dans leurs choix, que la parité de représentation leur conférait.

Notre Conseil d’Administration veut croire que les doutes et interrogations des agents comptables tels que je vous les ai présentés- ne manqueront pas de susciter votre intérêt.

L’ANDAC relaiera volontiers le message que vous souhaiteriez délivrer à la communauté des agents comptables du régime général en réponse à leurs préoccupations.

Dès à présent, elle assurera la diffusion de ce courrier auprès de ses membres.

DOMINIQUE HENON
PRESIDENT DE L’ANDAC