Crise de vocation chez les agents comptables

Article paru dans le journal Protection Sociale Informations N°310 du 11 juillet 2001
mercredi 11 juillet 2001
popularité : 8%

Alors que le régime général est confronté à une pénurie d’agents comptables, un rapport de la Cnam analyse les causes de ce phénomène et fait des propositions, portant notamment sur la formation de ces agents de direction.

Réalisé par le département gestion des cadres dirigeants de la Cnam, le rapport montre bien la pénurie d’agents comptables.
- 1/ Entre 1997 et 1999, seulement 60% des postes ont été pourvus dès le premier appel dans l’assurance maladie
- 2/ Toutes branches confondues, on enregistre, pour l’année 2000, en moyenne deux candidatures par poste, chiffre "en baisse constante depuis deux ans."

Sur le papier, le Centre National d’Etudes Supérieures de Sécurité Sociale (Cnesss) forme, en cursus initial ou continu, un nombre suffisant d’agents comptables mais qui, le moment venu, font le choix d’occuper d’autres postes pour plusieurs raisons :
- 1/ Le métier est de plus en plus complexe et juridiquement exposé.
- 2/ La fonction souffre d’une image négative, particulièrement en terme d’évolution de carrière
- 3/ Beaucoup de candidats potentiels estiment ne pas avoir le bagage sufisant pour l’exercer.

De fait, dans ses préconisations, le rapport insiste sur la formation avec :
- 1/ une actualisation des connaissances pour les "anciens", projet qui est, d’ores et déjà, dans les tuyaaux du Cnesss ;
- 2/ une refonte de la formation initiale, l’option comptable étant remplacée par une formation continue plus musclée.

Mais il faut jouer aussi sur d’autresrs : rémunération, sensibilisation des élèves et des directeurs...

Cela dit, à défaut de résultats suffisants, le comité d’orientation stratégique de la Cnam estime qu’il faut envisager des recrutements extérieurs. Une piste repoussée par Dominique Hénon, président de l’Association nationale des agents comptables (Andac), qui met en avant :
- 1/ les changements opérés dans le cursus qui se parachèvent aujourd’hui avec le projet de formation diplômante pour les fondés de pouvoir
- 2/ le caractère "conjoncturel" de la crise
- 3/ l’inélucatble restructuration du réseau : "Le régime général sera obligé de restreindre le nombre de ses organismes."

Voir également sur le même thème :

- l’analyse de l’ANDAC publiée dans "La Lettre de l’ANDAC N°7"

- la présentation de l’enquête dans "La Lettre de l’ANDAC" N°6.