Objectif n°1 : revaloriser la fonction d’agent comptable

Article paru dans le journal Espace Social Européen du 23 au 29 mars 2001
dimanche 25 mars 2001
popularité : 5%

La réforme de la formation continue est essentielle afin de pallier la manque de candidatures d’agents comptables qui se fera sentir dans quatre ans.

C’est un enjeu majeur. A quatre ans du renouvellement démographique qui va toucher les agents de direction de la Sécurité sociale, l’institution doit faire face à un double problème :
- une pénurie de candidatures, depuis près de trois ans, pour la fonction d’agents comptables et
- une réforme améliorant la formation continue des cadres dirigeants pour améliorer leur performance, dans des délais plus courts.

"C’est un drame pour l’institution de ne pas trouver d’agents comptables", s’alarme Alain Gautron, directeur dela CPAM de Reims, qui exhorte à soutenir toute action du Cnesss (Centre national d’études supérieures de la sécurité sociale) qui irait dans le sens de la revalorisation de l’image et de la fonction de toute la filière comptable et financière de la Sécurité sociale. Pour lui, un des points de la réforme devrait moins insister sur la comptabilité qui peut apparaître comme "une technique rébarbative" et appuyer davantage sur les fonctions d’agent de direction "que remplit également l’agent comptable au titre du contrôle interne, budgétaire ou de l’analyse financière". Point de vue partagé par Pascal Emile, directeur de la formation continue du Cnesss, convaincu qu’"il y a là un vrai problème de communication sur ce que peut recouvrir l’ensemble du champ d’activité d’un agent de direction, agent comptable."

Toutefois, la branche recouvrement, qui a accentué ses efforts en ce sens, a monté un projet, le management des agences comptables, pour contribuer à donner une vision plus large et valorisante de ce métier, dans le but de provoquer "un effet levier" important dans ce secteur professionnel que Pascal Emile considère comme offrant "une réelle opportunité de carrière" puisqu’il y a la possibilité d’accéder rapidement, après ce cursus, à des responsabilités importantes.

Côté réforme de la formation continue, les attentes des directuers de caisse semblent converger vers plus de performance et de pragmatisme. Pour Alain Gautron, il s’agit de savoir comment mieux appréhender toutes les mutations qui ne cessent de se développer, qu’elles soient d’ordre technologique ou d’organisation au titre des ressources humaines, pour mieux optimiser la gestion du service public. "Nous sommes obligés d’avoir une formation managériale continue pour rester performant en permanence", affirme-t-il. Pour sa part Gérard Gilmant, directeur de l’urssaf de Rouen, attend d’une formation continue efficace qu’elle sorte de "la consanguinité" et s’élargisse aux échanges avec l’extérieur : "Pour le management, ce qui est utile, c’est de se retrouver dans des groupes composés de responsables d’autres branches, d’autres secteurs d’activité français ou même européen."

La relève est prévue pour 2005

Toujours est-il qu’au Cnesss, la réflexion est en cours. "Nous avons engagé des travaux qui vont nous mener jusqu’à l’automne 2001, date à laquelle nous remettrons une proposition et une redistribution des orientations de la formation continue", assure Pascal Emile. Ces orientations, pour le moment, devraient tourner autour de deux grands axes :
- un meilleur accompagnement des cadres dirigeants et
- une valorisation du métier d’agent comptable pour lever une méconnaissance sur cette profession.

La réforme de la formation continue est un volet du développement des carrières des agents de direction de la Sécurité sociale. Il est indispensable qu’en 2005, des personnes performantes puissent être suffisamment fonctionnelles et compétentes pour remplacer celles qui partiront à la retraite.

Alain Mayer