Choix d’un organisme de cautionnement et d’un assureur

lundi 30 juin 2003
popularité : 4%

IL A ETE DEMANDE A JACQUES ROCHE CONSEILLER-MAITRE HONORAIRE A LA COUR DES COMPTES AUTEUR DE PLUSIEURS RAPPORTS PUBLIES, ET PRESIDENT DE L’AMF ET DU GEMA, D’ETABLIR UN POINT D’HISTOIRE ET D’ECONOMIE EXPLICATIF DU FONCTIONNEMENT D’UNE STRUCTURE INTEGRE A LA SPHERE DE L’ECONOMIE SOCIALE.

L’actualité nous amène à consacrer une place de choix aux associations de cautionnement qui se partagent la garantie obligatoire des adhérents de l’ANDAC, ou plus généralement, des organismes auxquels ils souscrivent. En complément libre à eux de se constituer leur propre assureur (quelques expériences douloureuses nous inclinent à penser que le risque n’est pas nul) à opter pour la couverture de leur responsabilité personnelle et pécuniaire en souscrivant une assurance auprès d’une compagnie d’assurance, en forme de société de capitaux régie par le code des assurances et appartenant à la FFSA (Fédération Française des Sociétés d’Assurance) ou à une mutuelle soumise au code de la mutualité regroupée au sein du GEMA (Groupement des Entreprises Mutuelles d’Assurance).

Difficile parfois de s’y reconnaître dans la mesure où des transfuges de la mutualité ont rejoint le camp de grands groupes privés (AXA ou AZUR, par exemple) et avancent masqués dans cet univers impitoyable.

Tenants de l’économie libérale ou de l’économie sociale et solidaire, chacun choisit en fonction de ses valeurs individuelles, sachant que des critères plus matériels peuvent prévaloir tels que le professionnalisme ou le coût des offres.