Rapport de la CNAMTS sur les candidatures aux postes d’Agent Comptable

Lettre de l’ANDAC N°7 - Juillet 2001
dimanche 1er juillet 2001
popularité : 7%

Constatant pour l’ensemble des branches que les candidatures aux postes d’Agent Comptable se raréfient, (il s’agit en fait d’une rareté chronique qui sévit depuis près de 30 ans) et notamment que sur la période 1997/1999 seulement 60% des postes d’Agent Comptable ont été pourvus au premier appel, le rapport rappelle utilement que la fonction d’Agent Comptable n’est pas "facultative".

Ainsi, les textes la prévoient-ils explicitement de même que les référentiels établis par les différentes branches en soulignent-ils l’importance pour le bon fonctionnement des Organismes.

Au-delà du constat, la rapport élaboré par un groupe d’Agents Comptables volontaires sous la conduite de Charles SERRANO (responsable du Département Gestion des Cadres Dirigeants à la CNAMTS) après consultation des travaux et des représentants de l’ANDAC, notamment, soulève un paradoxe apparent :

- d’une part donc, cette pénurie objective,

- d’autre part, l’existence d’un gisement de compétences en principe suffisant, puisque pour 400 postes d’Agents Comptables existants entre 1982 et 2000, plus de 1229 personnes sont titulaires soit de l’option comptable du CNESSS (682 lauréats), soit le diplôme de fin d’études du CESCAF (547 lauréats).

D’où la conclusion partielle que le problème repose non pas sur des fondements quantitatifs mais plutôt qualitatifs, tels que :

- les limites de la mobilité,

- la complexité et l’exposition (responsabilités) de la fonction,

- l’ambiguïté du positionnement de l’Agent Comptable,

- les difficultés liées à l’exercice des missions.

Un questionnaire, réalisé par le groupe précité, confirme, comme l’avait fait avant lui celui qui avait été exploité pour notre dernier colloque ("Archaïsme et Modernité") l’image majoritairement négative portée par notre malheureuse (?) profession.

Les voies de solutions explorées par le rapport sont tout aussi intéressantes que les chapitres précédents en mettant en exergue la nécessité de :

- mobiliser les candidats potentiels,

- mieux communiquer pour combattre les idéees reçues,

- valoriser la fonction dans toutes ses dimensions, y compris en termes de déroulement de carrière et de rémunération,

- considérer que les Agents comptables occupent des fonctions de pleine responsabilité les conduisant naturellement à occuper des fonctions de Directeur,

- mettre en oeuvre un plan d’actualisation des connaissances et aménageant la formation continue.

Ce document particulièrement riche (qui peut être mis à la disposition des membres de l’ANDAC qui souhaiteraient en avoir communication) devrait être débattu désormais dans le cadre de rencontres inter-branches.

Il fait en tout cas oeuvre utile et mérite d’être salué pour sa qualité et son objectivité.

Pour sa part, l’ANDAC qui avait défriché ce terrain depuis plusieurs années a commencé à l’ensemencer dans plusieurs directions :

- en proposant à la Direction de la sécurité Sociale un cycle de réunions orientées vers une révision du corpus réglementaire traitant du statut, des missions et de la responsabilité des Agents Comptables,

- en menant une réflexion de fond sur ces thèmes, en partenariat avec le CNESSS et avec l’appui d’experts de renom,

- en contribuant à la refonte et au développement des modules de formation touchant à la formation,

- en participant à la revalorisation de l’ouvrage de la fonction d’Agent Comptable à toute occasion : séminaires, colloques, tables rondes, rencontres avec les autorités, etc.

Voir également sur le même thème :

- l’article paru dans le journal "Protection Sociale Informations" du 11/07/2001

- l’article paru dans "La Lettre de l’ANDAC N°6".